Music

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 32 le Ven 1 Oct - 0:54
Derniers sujets
» Imitrex Patent Litigation 26 Canada
Jeu 4 Aoû - 8:54 par Invité

» For Men Caffeine Rda
Mer 3 Aoû - 5:01 par Invité

» Is this helpful?
Mer 3 Aoû - 2:53 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Mar 2 Aoû - 8:59 par Invité

» Software About Medicine For Kids
Lun 1 Aoû - 23:25 par Invité

» For Cheap 600 Sale Cbr
Lun 1 Aoû - 9:38 par Invité

» gratuit sex anal amateur
Dim 31 Juil - 19:12 par Invité

» Case Abuse Report Zolpidem
Sam 30 Juil - 15:31 par Invité

» View Tablets Of Amphetamines
Ven 29 Juil - 22:11 par Invité

Liens et Partenaires
Forum gratuit



Tchat Blablaland

Le conflit en Géorgie, jour après jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le conflit en Géorgie, jour après jour

Message par 187-to-NWO le Lun 11 Aoû - 21:11





a situation sur le terrain. La Géorgie accuse Moscou d'avoir dépêché dix mille soldats russes supplémentaires en Ossétie dans la nuit, et de poursuivre ses raids, avec notamment des tirs, dans la matinée, sur un aéroport militaire proche de Tbilissi (ce que confirmera plus tard l'ONU), d'autres près de la frontièreabkhaze, et une bombe tombée en fin de journée à 200 mètres d'une piste de l'aéroport international de Tbilissi, ce que Moscou dément. Selon Tbilissi, la marine de guerre russe bloque son port de Poti, sur la mer Noire, empêchant des livraisons de carburant et de céréales. Moscou répond que ses navires ne bloquent pas les livraisons de pétrole mais se réserve le droit d'inspecter les bâteaux entrant et sortant du port.

Tbilissi commence à se retirer de l'Ossétie, conformément aux demandes internationales qui pressent également Moscou de quitter la région. Les troupes russes indiquent à la mi-journée avoir ainsi largement repris le contrôle de la capitale ossète, Tskhinvali. Elles confirment une amorce de retrait géorgien, tout en estimant Tbilissi dispose d'environ 7 400 soldats, cent chars et de pièces d'artillerie dans la région. Tbilissi accuse les forces russes de se diriger vers le sud, et la ville géorgienne de Gori. Dans la soirée, Moscou indique que les troupes géorgiennes se retirent bien de Tskhinvali.

La situation se tend à la frontière de l'Abkhazie. Le président de cette région séparatiste pro-russe de Géorgie, qui avait fait sécession en 1992 comme l'Ossétie du Sud, annonce avoir dépêché 1 000 soldats et mobiliser les réservistes contre les troupes géorgiennes, dans la seule vallée qu'elles contrôlent dans la province. Selon Tbilissi, Moscou a envoyé des soldats et des pièces d'artillerie pour épauler les Abkhazes. L'Abkhazie annonce plus tard que la Géorgie a concentré plus de 4 000 soldats le long de la frontière.

Des compagnies aériennes suspendent leurs liaisons avec la Géorgie, et plusieurs pays rapatrient leurs ressortissants qui se trouvent en Géorgie.

Bilans des morts et des déplacés.
Deux journalistes géorgiens ont été tués en Ossétie du Sud, selon des médias russes. Le président russe, après d'autre responsables, dénonce à son tour un "génocide". Moscou parle de "plus de 2 000 morts" depuis le début du conflit, vendredi à l'aube. Tbilissi fait pour sa part état de quelque 80 morts, alors qu'il évoquait la veille 150 victimes. Environ 40 000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile en raison du conflit en Géorgie, selon la Croix-Rouge internationale.
L'appel de la Géorgie à un cessez-le-feu.
Vers 16 h 30, heure française, Tbilissi annonce avoir ordonné à ses forces un cessez-le-feu immédiat en Ossétie du Sud et appelle la Russie à commencer des pourparlers pour mettre fin aux hostilités. Mais la diplomatie russe accuse la Géorgie de poursuivre les hostilités dans la république séparatiste. Berlin annonce un peu plus tard être parvenu à susciter un entretien téléphonique entre ses homologues russe et géorgienne. Lors de cette conversation, la partie russe demande "un retrait complet" des troupes géorgiennes. Le président russe Dmitri Medvedev réclame également un retrait sans condition, et aurait demandé que Tbilissi signe également un engagement à ne pas attaquer la province séparatiste.

Le vice-ministre des affaires étrangères russe, Grigori Karassine, accuse les pays et les médias occidentaux de parti pris pro-géorgien dans le conflit en cours. La Russie "n'a pas l'intention d'envahir la Géorgie", assure sur CNN le chargé d'affaires russe aux Etats-Unis, Alexandre Darchiev, tout en insistant sur la responsabilité de Tbilissi dans le conflit en cours. Environ 40.000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile en raison du conflit en Géorgie, a annoncé dimanche à l'AFP une porte-parole de la Croix-Rouge internationale.

Vers une résolution à l'ONU.
Bernard Kouchner arrive dans la soirée à Tbilissi au nom de l'Union européenne, dont la France assure la présidence, accompagné du Finlandais Alexander Stubb, qui représente l'OSCE. Il se rendra probablement lundi à Moscou. Il défendra le plan de sortie de crise proposé samedi par la France, qui prévoit une cessation immédiate des hostilités, le "plein respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Géorgie", et le "rétablissement de la situation qui prévalait antérieurement sur le terrain, qui implique le retrait des forces russes et géorgiennes sur leurs positions antérieures, avec des formules d'accompagnement international".

L'Elysée annonce que la réunion d'urgence des ministres des affaires étrangères des Vingt-Sept aura lieu mercredi à Bruxelles. Le chef de la diplomatie polonaise, Radoslaw Sikorski, suggère que l'UE envoie une force de stabilisation dans la région. Nicolas Sarkozy, qui a multiplié les contacts téléphoniques, estime qu'"il existe désormais de réelles perspectives pour parvenir rapidement à une sortie de crise" en Ossétie du sud, "après le retrait des forces géorgiennes" de cette république séparatiste. Il se rendra à Moscou en début de semaine prochaine, annonce le Kremlin.

Washington adresse sa plus forte mise en garde à Moscou depuis le début du conflit, prévenant du risque de conséquences "importantes" qu'auraient sur les relations avec les Etats-Unis la poursuite d'une "escalade dangereuse et disproportionnée" de la part de la Russie dans le conflit avec la Géorgie.

Le Conseil de sécurité de l'ONU débute sa quatrième réunion en trois jours pour tenter de se mettre d'accord sur un texte appelant à la fin du conflit. L'ambassadeur américain à l'ONU, Zalmay Khalilzad, accuse la Russie d'empêcher le retrait des forces géorgiennes de l'enclave séparatiste d'Ossétie du Sud et annonce qu'un projet de résolution demandant un cessez-le-feu immédiat entre la Russie et la Géorgie sera présenté dans les prochaines heures, et pense qu'il sera adopté. Il accuse Moscou de chercher à faire tomber le régime géorgien à travers la crise actuelle, ce que Moscou dément, tout en qualifiant de "complètement inacceptables" les accusations des Etats-Unis, selon lesquelles les militaires russes mèneraient une campagne de "terreur" en Géorgie.

Suite de L'article à :

http://www.lemonde.fr/web/articleinteractif/0,41-0@2-3214,49-1082142@51-1036786,0.html

_________________
1 once d’action, vaut bien, une tones de theories!!
avatar
187-to-NWO
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 288
Age : 47
Localisation : sherbrooke
Date d'inscription : 22/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum